Vous cherchez
L’accueil et la migration
10.09.2020 | Général

Diseye nous raconte la rentrée scolaire de ses enfants

C’est aussi la rentrée scolaire pour les plus jeunes demandeur·ses d’asile des centres de la Croix-Rouge de Belgique ! Découvrez le témoignage de Diseye, candidate réfugiée du centre de Fraipont mais surtout maman de trois enfants.

Originaire du Nigeria, Diseye est candidate réfugiée au centre de Fraipont. Elle a trois enfants. Deux filles de 11 et 9 ans 1/2 et un garçon de 7 ans 1/2. Ses enfants vont déjà à l’école en Belgique depuis son arrivée en 2015, donc ils ont l’habitude d’y aller. Nous lui avons posé quelques questions :

Comment s’est passée la rentrée ?

Mes enfants avaient hâte d’aller à l’école. En rentrant, ils m’ont dit que c’était chouette. Je pense que mon fils et une de mes filles sont avec la même madame mais dans deux années différentes.

Comment la Croix-Rouge vous a-t-elle accompagnée ?

Pour les réunions de parents, la Croix-Rouge nous permet d’y aller en navette. Elle m’aide aussi beaucoup pour d’autres démarches. 

Comment avez-vous été accueillie ?

Très bien. Mes enfants ne veulent pas changer d’école. Le jour où l’on va quitter le centre on ne va pas pouvoir avoir une maison tout près. J’essaye d’en parler et leur dire mais ils veulent rester.

Est-ce important pour vous que vos enfants aillent à l’école ?

Oui, très important. Ils doivent aller à l’école pour se former d’abord pour eux-même pour avoir un avenir demain. Puis pour leur famille mais aussi pour le monde entier, pour devenir quelqu’un d’utile pour l’humain. (…) Bien éduqués pour être quelqu’un de bien.

Comment voyez-vous votre avenir ?

J’espère qu’un jour on aura nos papiers et que l’on vivra normalement. La vie au centre je n’aime pas trop mais on est là… on est là. (…) Mes enfants souhaitent vivre en Belgique. Dès que je pense à quelque chose, je leur demande à eux aussi. Que pensez-vous si l’on change de pays ? Ils me disent ‘non, non, on veut rester. On ne veut pas encore quitter nos amis. On aime la Belgique. On reste ici.’