Vous cherchez
L’accueil et la migration

Covid-19 : Comment s'adaptent nos centres d'accueil ?

Dans le contexte de propagation du covid-19, la Croix-Rouge et ses centres d’accueil pour candidat∙es réfugié∙es mettent tout en œuvre pour limiter autant que possible la transmission du virus. Nos Objectifs : protéger les équipes, les résident·es et les volontaires tout en veillant à leur bien-être.

Chacun limite ses activités 

Au sein des centres, seules les activités essentielles sont maintenues. Les familles et les personnes vivant dans la même chambre restent ensemble en respectant au maximum les mesures d’hygiène et de confinement. Quant aux volontaires, leurs missions sont majoritairement à l’arrêt pour respecter un maximum là aussi les mesures en cours… Dès que cela est possible, nos collaborateurrices optent pour des contacts à distance et le télétravail est encouragé.

Une collaboratrice du centre de Barvaux se livre : « Le confinement au quotidien dans un centre représente beaucoup d’adaptations. D’habitude, je m’occupe des animations et du volontariat au sein du centre mais maintenant, il n’y a malheureusement plus de rassemblements et les volontaires de la Croix-Rouge ont arrêté temporairement leur bénévolat. C’est fort différent. Nous passons beaucoup de temps à expliquer ce qu’il se passe, à réexpliquer, à sensibiliser, parfois à contrôler ─ce qui n’est pas agréable─ mais aussi à rassurer les personnes qui sont inquiètes. »

Vaincre l’ennui 

Comme toutes les personnes confinées, tout le monde s’occupe comme il peut : « Nos résident∙es passent du temps sur internet, à jouer à des jeux de sociétés et peuvent même jouer au ping-pong, tout en respectant la distanciation sociale. » Les enfants s’ennuient. C’est pourquoi, des activités propices au confinement leur sont proposées comme le coloriage, les dessins animés, etc. « Pour rester positive, j’organise un camp d’été pour les enfants après le confinement. »

Tous respectent au mieux les mesures d’hygiène

Au quotidien, les personnes qui co-habitent dans le centre disposent de points d’eau supplémentaires pour favoriser les consignes de lavage fréquent et efficace des mains. Le personnel désinfecte régulièrement les surfaces à risques. Si une personne tombe malade, plusieurs chambres d’isolement sont mises à disposition dans chaque centre.

Au centre de Manhay, un collaborateur nous fait part de sa sérénité : « Je vis sereinement le confinement. Toutes les précautions sont prises pour assurer le bon fonctionnement des mesures par la distanciation sociale, le lavage très fréquent des mains et le nettoyage des poignées de portes notamment. »

De plus, chaque candidat∙e réfugié∙e bénéficie d’un suivi médical rapproché afin de prévenir toute contamination.

Communiquer pour informer et sensibiliser

La Croix-Rouge de Belgique améliore sans cesse ses dispositifs et procédures. Elle veille à ce que tout le monde comprenne les mesures mises en place. Chaque personne bénéficie d’une sensibilisation active et multilingue à travers des affiches, des vidéos et même via les réseaux sociaux. Les enfants sont eux aussi sensibilisés de manière originale à l’aide de jeux.

Covid-19 : Comment s'adaptent nos centres d'accueil ? - L’accueil et la migration

Dans le contexte de propagation du covid-19, la Croix-Rouge et ses centres d’accueil pour candidat∙es réfugié∙es mettent tout en œuvre pour limiter autant que possible la transmission du virus. Nos Objectifs : protéger les équipes, les résident·es et les volontaires tout en veillant à leur bien-être.

Chacun limite ses activités 

Au sein des centres, seules les activités essentielles sont maintenues. Les familles et les personnes vivant dans la même chambre restent ensemble en respectant au maximum les mesures d’hygiène et de confinement. Quant aux volontaires, leurs missions sont majoritairement à l’arrêt pour respecter un maximum là aussi les mesures en cours… Dès que cela est possible, nos collaborateurrices optent pour des contacts à distance et le télétravail est encouragé.

Une collaboratrice du centre de Barvaux se livre : « Le confinement au quotidien dans un centre représente beaucoup d’adaptations. D’habitude, je m’occupe des animations et du volontariat au sein du centre mais maintenant, il n’y a malheureusement plus de rassemblements et les volontaires de la Croix-Rouge ont arrêté temporairement leur bénévolat. C’est fort différent. Nous passons beaucoup de temps à expliquer ce qu’il se passe, à réexpliquer, à sensibiliser, parfois à contrôler ─ce qui n’est pas agréable─ mais aussi à rassurer les personnes qui sont inquiètes. »

Vaincre l’ennui 

Comme toutes les personnes confinées, tout le monde s’occupe comme il peut : « Nos résident∙es passent du temps sur internet, à jouer à des jeux de sociétés et peuvent même jouer au ping-pong, tout en respectant la distanciation sociale. » Les enfants s’ennuient. C’est pourquoi, des activités propices au confinement leur sont proposées comme le coloriage, les dessins animés, etc. « Pour rester positive, j’organise un camp d’été pour les enfants après le confinement. »

Tous respectent au mieux les mesures d’hygiène

Au quotidien, les personnes qui co-habitent dans le centre disposent de points d’eau supplémentaires pour favoriser les consignes de lavage fréquent et efficace des mains. Le personnel désinfecte régulièrement les surfaces à risques. Si une personne tombe malade, plusieurs chambres d’isolement sont mises à disposition dans chaque centre.

Au centre de Manhay, un collaborateur nous fait part de sa sérénité : « Je vis sereinement le confinement. Toutes les précautions sont prises pour assurer le bon fonctionnement des mesures par la distanciation sociale, le lavage très fréquent des mains et le nettoyage des poignées de portes notamment. »

De plus, chaque candidat∙e réfugié∙e bénéficie d’un suivi médical rapproché afin de prévenir toute contamination.

Communiquer pour informer et sensibiliser

La Croix-Rouge de Belgique améliore sans cesse ses dispositifs et procédures. Elle veille à ce que tout le monde comprenne les mesures mises en place. Chaque personne bénéficie d’une sensibilisation active et multilingue à travers des affiches, des vidéos et même via les réseaux sociaux. Les enfants sont eux aussi sensibilisés de manière originale à l’aide de jeux.