Vous cherchez
L’accueil et la migration
19.06.2018 | Général

Voir le documentaire "Je n'aime plus la mer"

Je n'aime plus la mer

En février dernier sortait au cinéma le film « Je n’aime plus mer. Les enfants de l’exil », réalisé par Idriss Gabel et co-produit par Les Films de la Passerelle et la Croix-Rouge de Belgique.

S’engager pour l’humanité & le vivre ensemble

Dans le contexte actuel, marqué par la vulnérabilité croissante des personnes migrantes, la peur de l’Autre, le repli sur soi et les débats sociétaux sur les questions liées aux migrations, à l’asile et à l’intégration, la Croix-Rouge poursuit son action en vue d’encourager une culture d’ouverture et du vivre ensemble au quotidien. A travers ce documentaire porteur d’un message d’espoir, mais aussi ses outils pédagogiques, ses activités de sensibilisation auprès de différents publics, et les projets réalisés par ses centres d’accueil avec la population locale, elle agit en faveur d’une humanité plus solidaire.

La bande d’annonce et des extraits sont visibles sur le site : www.jenaimepluslamer.com

Réactions de spectateurs…

Magnifique documentaire qui offre un autre regard sur la migration ! Les enfants sont tellement touchants, ils nous embarquent dans leur vie quotidienne. Brigitte et André, Bruxelles, 2018

On sort de la salle grandi, par la puissance des mots d’enfants sur leur parcours et leur impressionnante résilience pour poursuivre leur vie. Bruno, Bruxelles 2018

J’avais peur que ce documentaire me fasse pleurer, mais finalement j’ai beaucoup souri, c’est un film plein d’humour et d’espoir. Virginie, Namur 2018

Synopsis

Ils viennent d’Afghanistan, d’Irak, de Syrie ou d’Erythrée. Accompagnant leurs parents, ils ont fui la guerre et les persécutions. Propulsés sur les routes, ces enfants de l’exil ont dû faire face, malgré leur jeune âge, à de multiples dangers pour rejoindre l’Europe. D’autres ne sont jamais parvenus au bout de ce périple, engloutis dans les flots de la Méditerranée, le froid des montagnes ou les réseaux d’esclavage. Mais une fois en Europe, en Belgique, comment se reconstruire, se créer une place dans un décor en tout point différent de sa ville, de son village ? En pleine campagne, dans un centre d’accueil de la Croix-Rouge? Il y a aussi cette longue attente d’une reconnaissance du statut de réfugié. Dans cet espace-temps rempli d’espérances, le film se met à la hauteur des enfants et recueille leur parole. De leur pays et de leur voyage, il leur reste des images, des émotions, des cauchemars et des peurs. Et tous ont un point commun : ils n’aiment plus ni la forêt, ni la montagne, ni la mer…

Contexte

La Croix-Rouge de Belgique est mandatée par l’Etat fédéral pour organiser l’accueil des demandeurs d’asile. Elle gère actuellement 22 centres, dont 2 spécifiques pour l’accueil des MENA (mineurs non accompagnés) et 1 centre d’accueil rapproché pour demandeurs  d’asile en souffrance mentale. Quelques chiffres :

  • 9226 demandeurs d’asile accueillis dans nos centres en 2017
  • Nombre d’enfants de moins de 12 ans accueillis en 2017 : 1.923 enfants
  • Nombre d’enfants de moins de 18 ans accueillis en 2017 : 2823 enfants dont 380 ont eu 18 ans dans le courant de l’année 2017
  • Les enfants représentent 30% du public accueilli
  • 440 places pour les MENA

Un témoignage recueilli au centre d’accueil de Natoye de la Croix-Rouge : YALDA – 9 ans – AFGHANISTAN

En Afghanistan, elle ne sortait de chez elle que couverte de la tête aux pieds d’une burqua bleue, gants cachant ses mains. « Il ne fallait pas qu’on voie un bout de peau et si une mèche de cheveux sortait, on nous rasait la tête. » Elle continue : « On était un peu riches dans notre village, alors Daesh venait et nous demandait de l’argent. Ils disaient à notre père que s’il ne voulait pas, ils nous prendraient moi et ma sœur Guzal. Ils sont venus plusieurs fois. Un jour, ils ont pris notre père et l’ont battu avec une barre en fer. Ils ont dit à ma mère que si elle ne voulait pas qu’il meure, il fallait qu’elle donne de l’argent. Elle leur a donné tout ce qu’on avait et ils nous ont rendu notre papa. Ils l’avaient tant frappé qu’ils lui avaient cassé le dos. C’est là qu’il a décidé qu’il fallait qu’on parte en pleine nuit avant d’être tués. »


 Agenda des projections

DATE Heures Adresse
20/06/2018 19:30 Le Celly, 2 6680 Sainte-Ode
20/06/2018 17:30 Rue de la Sapinière, 26 4141 Sprimont
20/06/2018 20:00 Ciné Chaplin, 20 rue de l’Eglise – 5670 Nismes
20/06/2018  15 :00 AU CENTRE CROIX-ROUGE LE MERISIER: RUE TRASENSTER, 34/38 à 4870 FRAIPONT
20/06/2018 20:00 Centre Culturel de Dinant – Salle Bayard

Rue Grande 37

5500 – Dinant

22/06/2018 17:30 Rue du Ham, 1  Place Saint-Job 1180 Uccle

Restons en contact

Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé.e de nos dernières actions, de nos besoins et de notre actualité.